Colloque sur l’Intelligence Artificielle au service de l’enseignement

Le 25 mars 2019 a eu lieu, au Collège de France, un colloque dont la thématique était l’intelligence artificielle (ou IA) au service des enseignants pour assurer l’inclusion et le développement des capacités de chaque élève.

Cet événement a été organisé par le think tank #leplusimportant. Constitué de plus de 250 experts et professionnels issus de tous les horizons, sa finalité est de développer les capacités et compétences individuelles et permettre à chacun de trouver sa place et un avenir dans une société en pleine mutation. Les enfants et les jeunes sont parmi les principaux publics auxquels leur action est destinée. Ont été invités au colloque, de nombreux acteurs publics de l’enseignement, tout autant institutionnels, qu’enseignants, parents et élèves, des représentants du monde universitaire, de la Edtech, des acteurs de terrain et des experts.

 

Entamer la réflexion sur les enjeux de l’IA dans l’éducation

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse

Ouvert par l’intervention du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Jean-Michel Blanquer, et celle de la Secrétaire d’État chargée des Personnes Handicapées, Sophie Cluzel, le colloque a mis en débat différentes questions avec la finalité de créer une plateforme de recueil de propositions autour des enjeux de l’IA dans l’éducation. Ainsi les participants ont été invités à échanger sur :

  • Sophie Cluzel, Secrétaire d’État chargée des Personnes Handicapés

    les finalités de l’usage de l’IA en éducation et les modalités de son développement au service de l’inclusion et de l’épanouissement des capacités de chaque élève ;

  • les conditions d’une diffusion plus large de solutions d’IA en éducation ;
  • les outils et l’accompagnement à apporter aux enseignants et aux professionnels de l’éducation ;
  • les moyens à mettre en œuvre pour faciliter le changement, en particulier institutionnel.

 

L’intelligence artificielle : une opportunité pour les enseignants

Introduction au colloque en la personne d’Alain Prochiantz, Administrateur du Collège de France

L’école inclusive est aujourd’hui une question majeure. Il s’agit de permettre à tous les élèves de s’épanouir, de développer leurs capacités en profitant d’un environnement d’apprentissage adapté à leurs particularités. Personnaliser l’enseignement et pratiquer la différenciation pédagogique sont essentiels, a fortiori parce que les élèves, à besoins spécifiques, constituent 20 % des effectifs scolaires en France. En ce sens, le numérique et plus particulièrement l’intelligence artificielle ouvre de nouvelles perspectives et possibilités de remédiation.

L’IA offre aux enseignants une aide à l’organisation et à l’évaluation. Elle facilite la mise en œuvre de pédagogies ciblées, aide à avoir un suivi plus fin de la progression des élèves. Elle peut également permettre de développer des outils pour l’apprentissage en autonomie des élèves, par exemple, sous la forme d’un tchat bot. Dans une situation de départ commune à tous les élèves, l’IA va assister l’enseignant dans la personnalisation des outils d’apprentissage et l’ajustement, en temps réel, de l’expérience de chacun.

 

Une nécessaire vigilance éthique

Du fait de son potentiel, l’utilisation de l’IA ne peut être envisagée sans garde-fous. Il est fondamental de veiller à éviter que l’IA, qui reste un outil susceptible de connaître de multiples orientations en termes de programmation, soit instrumentalisée, pour par exemple légitimer les préjugés de genre. L’emploi de l’IA ne devrait pas non plus déboucher sur un formatage de la pédagogie ou même des pratiques d’évaluation au profit du QCM. Il faut également s’assurer que les données des élèves ne soient pas détournées à d’autres fins. Les enjeux sociaux et économiques ne peuvent également être oubliés.

Au final, le développement de l’IA dans l’éducation doit viser à permettre le développement des élèves, à conforter la liberté pédagogique des enseignants et par conséquent nécessite une profonde réflexion.